Entre « ligne éditoriale » et « Trends » il n’y a qu’un fil pour tout repenser.

 » Depuis que j’ai décidé de partager ce qui me plaît et non pas ce qui va attirer la masse de likes, je me sens fière de mon contenu et libre de me retrouver sur ce que je poste. Cela n’est pas sans conséquences, puisque le taux d’engagement peut baisser voire même chuter. Mais c’est un mal pour un bien pour ne pas perdre sa ligne éditoriale. Choisissez votre style, travaillez le et faites en sorte que votre présence vous ressemble ».

Il s’agit de la légende sous un post que j’ai récemment posté sur mon compte Instagram @zozitries pour exprimer ma frustration face au taux d’engagement qui a terriblement baissé. Mais en relativisant et analysant les raisons de cette chute, j’ai décidé de ne pas blâmer l’algorithme (comme ce que font la majorité des créateurs de contenu quand ils n’obtiennent pas assez de visibilité, ce que je comprend totalement vu l’effort qu’ils mettent derrière). Il est vrai que la démarche logique (et informatique) des réseaux sociaux est louche et parfois difficile à cerner ce qui est tout à fait normal en terme de sécurité du système et protection des conditions des différentes plateformes.

Sans m’attarder dans tout ce qui est technique et ne pas perdre l’attention de mon lecteur (toi, cher lecteur/ lectrice), j’aimerais rebondir sur les outils de croissance organique pour avoir une large communauté. Certes, les finalités de chacun peuvent diverger, mais en général on est presque tous conscients de la rapidité et l’efficacité des réseaux sociaux dans la transmission d’informations.

Vendre en masse dans un temps record, dénoncer une injustice au niveau international ou tout simplement multiplier les chances d’être vu ou écouté en un simple clic… On l’a bien compris, le nombre de vues peut jouer un rôle décisif dans la vie ou la carrière d’une personne.

Dans une société alimentée par le superficiel dont le moteur est l’argent, la majorité des personnes qui se lancent sur le net le font pour gagner quelque chose derrière. On ne va pas non plus généraliser et mettre tout le monde dans le même panier, puisque chaque personne est unique et a des objectifs distincts.

Cette nouvelle ère digitale est tellement puissante et tournante qu’elle peut heurter certaines bornes et arriver à des stades immoraux, vu que tout le monde a la liberté d’y accéder à sa propre manière sans avoir à passer par des étapes compliquées.

D’une part, le « bad buzz » et vidéos vulgaires qui peuvent choquer plus d’un attirent des millions de vues et génèrent donc beaucoup de clics favorables à des publicités. Mais un placement de produit respectable mérite mieux que des visiteurs affamés de la culture du vide.

D’une autre part, des créateurs de contenu et des boîtes de communication responsables s’engagent à d’identifier par la qualité plutôt que la quantité, et font de leur mieux pour présenter une substance qui respecte le visiteur.

Même si d’un point de vue personnel, la qualité prime et que dans un monde idéal, le digital mériterait du contenu qualitatif contribuant à l’éducation d’une génération intelligente et civilisée. Pourtant, le temps des rêves est fini, et donc il faut affronter la réalité telle qu’elle est pour avoir une chance de la changer.

Si tu veux te lancer sur les réseaux sociaux, je t’invite à me suivre de très près en t’abonnant à mon blog afin de recevoir les nouveaux articles, et sur mon compte Instagram principal @zozitries. Une série de vidéos de développement personnel et de ce que j’ai pu apprendre grâce à ma curiosité est en route.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s